« Au commencement était l’action ». Sigmund FREUD

J’ai toujours été intéressée par l’individu et son fonctionnement, sa personnalité, son histoire, sa singularité mais également par l’autre venant d’ailleurs. J’ai eu la chance de voyager très tôt, ce qui a davantage éveillé ma curiosité, une certaine soif de l’autre, et ainsi permis une ouverture d’esprit et un intérêt pour l’Autre en général.

Tous ces voyages ont donc enrichi mes connaissances à différents niveaux, mais aussi une connaissance toujours un peu plus profonde de moi-même, tel un voyage intérieur. De par ces parcours est donc né mon intérêt pour la psychologie et le choix d’en faire ma profession.

C’est alors que je me suis dirigée vers les études de psychologie clinique. En 2009, j’ai obtenu le diplôme de Master 2 en Psychologie clinique et psychopathologie, avec comme spécialité la psychologie clinique interculturelle. Mes sujets de recherche ont porté sur la problématique identitaire chez les jeunes français d’origine maghrébine deuxième génération et sur la demande du patient en contexte de soins spécialisés aux toxicomanes.

Mon parcours s’est alors trouvé enrichi par différentes expériences professionnelles et bénévoles aussi bien en France qu’à l’étranger.

En effet, j’ai tout d’abord débuté comme psychologue volontaire dans une communauté de la ville de Cochabamba en Bolivie, où il était question de réaliser des bilans de développement cognitif et des difficultés d’apprentissage chez les enfants inscrits au jardin d’enfants et au soutien scolaire. Selon les problématiques, un accompagnement thérapeutique individuel ou familial pouvait alors être proposé. De plus, je participais activement à la mise en place d’un travail d’équipe pluridisciplinaire notamment en animant des ateliers à thème pour les éducatrices de jeunes enfants. Suite à mon retour en France, je me suis davantage dirigée vers les adultes au sein de différents services de psychiatrie, en interne et en Centre Médico-Psychologique (CMP), ainsi qu’au sein de l’unité de thérapies familiales de Martigues. J’ai alors pu approfondir mes connaissances théoriques systémiques de par une formation en intervention systémique ainsi que ma pratique au sein de l’unité et ce pendant trois années.

Comme je le disais précédemment, de par mes voyages (Amérique Latine, Afrique, Europe) j’ai également été à la rencontre de l’Autre, avec sa culture, ses coutumes, ses rituels, ses langues, ses croyances. Ces voyages n’ont fait qu’enrichir mon approche et ma pratique clinique interculturelle, renforcé le concept de décentration et ont aussi nourri plusieurs de mes questionnements tout en m’en apportant d’autres. Comme quoi aller à la rencontre de l’Autre n’est que richesse et permet d’envisager les choses autrement, changer d’objectif tel un appareil photo sur une situation donnée. D’ailleurs lors d’un de mes séjours au Brésil, j’ai découvert et participé à une pratique groupale faisant lien avec l’interculturel au sein d’une favela de la ville de Fortaleza. De là, j’ai souhaité me former à la thérapie communautaire intégrative (AETCI) développée par le Professeur Adalberto Barreto, un médecin psychiatre et ethnologue brésilien.

La rencontre de l’Autre s’est également complétée et poursuivie par différentes actions bénévoles au sein de différentes associations, que ce soit pendant mes études ou après. J’ai en effet été bénévole à la Cimade (association de défense des droits des étrangers), à Réseau Education Sans Frontières (RESF), à Médecins du Monde auprès des personnes sans domicile fixe, à la Croix rouge (maraude à la rencontre des SDF), au Genepi (Groupement Etudiant National d’Enseignement aux Personnes Incarcérées) ou encore dans des associations accueillant des enfants et des adultes souffrant de troubles mentaux.

Enfin, aller vers l’Autre n’a fait que me ramener à moi-même d’où l’entreprise d’une psychothérapie personnelle durant quatre (04) années, ce qui me semblait essentiel et incontournable pour une pratique clinique et un accompagnement de l’autre en toute sérénité et sans bagages.

Continuons le voyage par le biais de mon installation au Sénégal. Après de multiples venues en tant que touriste depuis 2012, puis comme psychologue bénévole à l’hôpital psychiatrique Emile Badiane de Ziguinchor et au CHNU de Fann à Dakar en 2014-2015, j’ai décidé de venir m’établir comme psychologue clinicienne en 2016. J’ai tout d’abord poursuivi ma pratique clinique en tant que bénévole au CHNU de Fann, pour ensuite ajouter une permanence en tant que psychologue scolaire au lycée français Jean Mermoz de février 2017 à fin 2019.

Actuellement et ce depuis septembre 2017, je suis psychologue scolaire à l’Ecole Actuelle Bilingue où je reçois, évalue et réoriente les enfants et les familles des enfants scolarisés. J’y réalise également des bilans psychologiques (WISC IV) pour les enfants de l’EAB mais aussi pour les enfants scolarisés à l’extérieur. En effet, de par mon expérience au sein d’établissements scolaires, un intérêt tout particulier a alors vu le jour concernant la précocité et son accompagnement, qu’il soit individuel et/ou familial.

Enfin, ma pratique clinique se complète par une activité libérale en cabinet privé où je propose un accompagnement thérapeutique individuel (enfants, adolescents, adultes), mais aussi de couple et de famille en co-thérapie avec un thérapeute systémicien. De plus, ma pratique clinique s’est trouvée  être enrichie et mise au service d’autres demandes institutionnelles : participer au recrutement de futurs managers en ONG ou encore évaluer l’aptitude de candidats en matière de sécurité dans le domaine ferroviaire. Pour finir, après avoir été moi-même accompagnée par l’hypnose pour me préparer à l’accouchement, j’ai trouvé que cette préparation, pour de multiples raisons, devait pouvoir être davantage accessible et permettre aux femmes et aux couples d’envisager la naissance différemment, notamment en déconstruisant certaines croyances liées à l’accouchement. Pour se faire, je me suis alors récemment formée à l’hypnose périnatale pour proposer un accompagnement  dans ce sens. En complément, pour avoir allaité exclusivement mes deux enfants, il m’a également semblé primordial de pouvoir me former et ainsi proposer un accompagnement au projet d’allaitement de manière individuelle mais aussi groupale par des groupes de soutien et d’échange aux mères allaitantes.

            De par mes différentes expériences liées à l’Autre, que ce soit les voyages, les formations continues ou universitaire, les différents domaines de pratique clinique, je vous propose un travail thérapeutique au plus proche de votre demande, dans l’empathie et le respect de la confidentialité. L’objectif sera de vous accompagner dans ce passage de votre vie pour lequel vous trouverez nécessaire de répondre à des questions, à une meilleure connaissance de vous-même, à prendre une décision, ou tout simplement à vous sentir mieux plus en paix avec vous-même.